Menus déroulants

mardi 21 octobre 2014

Bird Box de Josh Malerman

Un roman duquel il est assez difficile de se détacher une fois qu'on l'a ouvert ! Une histoire qui nous hante et des personnages qui nous accompagnent partout où on se trouve. Je ne dirais pas que j'en ai fait des cauchemards, mais c'est clair qu'il m'était impossible de ne pas y penser quand les lumières étaient éteintes ! Un huit-clos bien stressant comme je les aimes !
Malorie élève ses enfants de la seule façon possible : barricadés chez eux. Dehors, il y a un danger terrible, sans nom. S’ils s’aventurent à l’extérieur, ce sera les yeux bandés pour rester en vie. S’ils ôtent leurs bandeaux, ils se donneront la mort avec une violence inouïe. Malorie a deux solutions : rester cachée avec ses enfants, isolée, ou bien entamer un terrifiant périple jusqu’au fleuve dans une tentative désespérée, presque vaine, pour rejoindre une hypothétique colonie de survivants. La maison est calme. Les portes sont verrouillées, les rideaux sont tirés, les matelas cloués aux fenêtres. Les enfants dorment dans la chambre de l’autre côté du couloir. Mais bientôt, elle devra les réveiller et leur bander les yeux. Aujourd’hui, ils doivent quitter la maison et jouer le tout pour le tout.
Dès que j'ai lu le résumé, j'ai eu envie de lire ce livre ! Je l'ai tout de suite trouvé très intriguant et j'avoue qu'il m'a obsédée jusqu'à ce que je puisse enfin l'avoir entre les mains et le commencer ! Je suis d'ailleurs assez vite rentrée dans l'histoire ! Ce huit-clos est tellement bien écrit qu'on s'y croirait ! Souvent j'avais l'impression d'être dans la maison avec Malorie et les autres résidents. J'avais la sensation de vivre avec eux, de les connaître, jusqu'à anticiper leurs réactions, ressentir leurs peur et angoisse.

Même les yeux bandés, aveugle, j'imaginais Malorie et les enfants dans leur barque. Elle en train de ramer pendant qu'eux la guidaient grâce à leur ouïe. Comme eux, je ne voyais pas les obstacles et me demandait à chaque fois ce qui bloquait la rame, ce qui faisait ce bruit... Quel stress !!! Un roman qui m'a fait hérisser les poils plus d'une fois ! En fait, on entre dedans en retenant sa respiration et on a l'impression de ne respirer à nouveau qu'à la fin. Une ambiance vraiment angoissante qui ne nous lâche à aucun moment !

Un seul regret, c'est qu'on ne sait pas ce qui provoque cet état de folie autodestructrice ! J'aurais tellement voulu une description de ce qu'il y avait à voir dehors ! Enfin, l'auteur n'a sans doute pas voulu prendre le risque que ses lecteurs se suicident violemment en le découvrant ;-)

Quoi qu'il en soit, cette histoire me fait penser de loin à un film que j'avais vu à l'époque et que j'avais trouvé très mauvais, mal exploité (là aussi les gens étaient pris de folie et se suicidaient de manière complètement dingue). Et je suis ravie que ce thème ai été repris et mieux creusé car je l'avais trouvé intéressant et j'avais été très déçue par ce film.

En bref, un huit clos angoissant comme je les aime ! J'aime ces ambiances fermées, ces pages qui se tournent en nous prenant notre souffle et celui-ci qui ne revient qu'à la fin (fin, un peu baclée selon moi, mais bon, elle passe quand-même bien).

Je ne peux que le conseiller aux amateurs du genre !

Ma note : 4/5 (Très bien)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire